LIVRAISON EN FRANCE MÉTROPOLITAINE OFFERTE À PARTIR DE 200€ DE COMMANDE
NOËL : EXPÉDITION DES COMMANDES JUSQU'AU 18 DÉCEMBRE
Le panier
La salle de réception du Château de Mimande, grange rénovée par A&A Heitz Architecture

Construire demain et vivre avec le passé

Publié par Armand Heitz le

Depuis des millénaires, l’homme a construit par nécessité, avec les matériaux qu’il avait à disposition. Une poignée d’hommes suffisait à bâtir un village et rendre leur communauté indépendante. Il y a tout juste un siècle, une famille vivait dans deux pièces, se chauffait au feu de bois, profitait de la chaleur des animaux, plaçait du fourrage pour isoler le grenier.

Plus grand, plus présomptueux mais aussi plus énergivore, plus coûteux.

La révolution industrielle et les énergies fossiles ont repoussé les limites du possible. Aujourd’hui, la conception de la maison telle que nous la connaissons dans notre société est un des points névralgiques de la crise actuelle et l’exemple de la dépendance du citoyen à l’économie mondiale. L’habitant a confié à des tiers son accès au confort : aux fournisseurs d’énergie, aux banquiers, aux fournisseurs de matériaux…

Image film Wall-E illustration aberrations humaines

La sédentarité de l’humanité date de 15 000 ans. L’homme a su adapter son habitat en fonction des saisons, des usages et des lieux. En 100 ans, l’homme a voulu s’affranchir de toutes ces règles et s’est fourvoyé dans un engrenage dont il peut difficilement se sortir.

Alors que l’actualité nous rappelle aux fondamentaux, l’homme doit réapprendre à user de la simplicité. Le béton, l’acier, les matériaux composites, tous issus d’une industrie lourde, énergivore et coûteuse, ont en effet permis de créer de nouveaux procédés architecturaux engendrant malheureusement d’autres nécessités. Les baies vitrées s’accompagnent de climatisation. Le pavillon inoccupé la journée est chauffé inutilement. Les immeubles s’élèvent aussi vite que les parkings s’étendent à leurs abords. Les lotissements repoussent les espaces naturels si importants à l’écosystème planétaire.

Champ panneaux solaires, production de plusieurs milliers de mégawatts d'électricité renouvelable

Vivre de nos expériences

Le XXème siècle a réussi à dissimuler tout un héritage culturel et naturel. Le XXème siècle nous a également apporté les expériences, les voyages et les erreurs permettant aujourd’hui de trouver des solutions plus responsables. La technologie et la tradition sont complémentaires pour répondre aux enjeux d’aujourd’hui. La sobriété, telle que les anciens l’avaient adoptée, et la créativité, fruit des cents dernières années, engendrent désormais des projets soucieux d’un avenir plus serein.

école Alice à Prévessin-Moëns par le Studio Erick Saillet

La révolution des consciences

La richesse de demain sera dans la simplicité. Pour cela, il est temps de construire avec savoir-faire et modération. Réhabiliter, rénover, réutiliser, réduire… La symbiose avec la nature est le garant d’un avenir plus consensuel pour les générations futures. L’ordre national des architectes souligne cette importance, de l’économie des surfaces construites et de la nécessité de composer avec l’existant.

L’agence A & A HEITZ Architecture n’a pas attendu les prérogatives nationales pour s’y appliquer. La rénovation des dépendances du château de Mimande illustre l’envie de composer avec l’ancien, dans la sobriété. Aujourd’hui, les clients nous confient leur projet dans cet objectif.

 

Armand Heitz

 

Fig. 1 : Image extraite du film d’animation WALL-E, Pixar Animation Studios de 2008. Ce film illustre les aberrations humaines engendrées par nos modes de vie actuels, dans un futur pas si lointain.

Fig. 2 : Des parcs de production de plusieurs milliers de mégawatts d'électricité renouvelable, prêts à être construits, sont aujourd'hui remisés, compte tenu de la hausse des coûts de construction. (Gérard Julien/AFP) Exemple de débauche d’énergie et de surenchère économique alors que les limites sont atteintes.

Fig. 3 : Exemple de réinterprétation des méthodes ancestrales pour se prémunir de la chaleur et s’abriter des intempéries. L’École Alice de Studio Erick Saillet se pare d’un auvent pour protéger ses baies vitrées du rayonnement solaire en été.

 

Article précédent Article suivant