LIVRAISON EN FRANCE OFFERTE À PARTIR DE 12 BOUTEILLES
Le panier
Edouard et Armand au visite au Château du Moulin-à-Vent

La cuvée Connivence 2019

Publié par Armand Heitz le

Retour sur une journée d'élaboration

C’est en lisant l’article sur la cuvée Connivence que j’ai pu découvrir son origine et les deux premiers millésimes réalisés par Armand avec Alex Foillard et Aurélien Febvre. Lorsqu’Armand m’a proposé d’assister à cette journée d’élaboration du millésime 2019 au début de l’automne, c’est avec un grand plaisir que j’ai accepté.

Je vous emmène donc avec moi à la rencontre d’Édouard Parinet au Château du Moulin-à-vent, avec qui ce troisième millésime sera élaboré.

L'entrée du Château du Moulin-à-Vent

Une visite au Château

Le rendez-vous est donné au petit matin à Chassagne-Montrachet pour rejoindre le nord du Beaujolais, à travers monts et vallées de granit. Le Château de Moulin-à-Vent se situe en plein coeur de l'appellation éponyme, à quelques mètres seulement du moulin emblématique.

Armand a préalablement sélectionné un échantillon qui sera destiné à l’assemblage avec un échantillon de Moulin-à-Vent. Les deux vignerons vont choisir ensemble ce dernier, qui permettra d’obtenir la cuvée Connivence 2019. Cette première étape est cruciale pour déterminer le style de vin qu’ils donneront à cette cuvée.

C'est avec joie que je découvre cette partie du Beaujolais, son histoire, ses sols complexes de sables granitiques et sa culture. Nous sommes reçus par Édouard qui nous fait découvrir sa belle bâtisse datant du début du XIXème et les vignes qui l'entourent.

Le domaine du Château du Moulin-à-Vent s’étend sur 30 hectares de vignes réparties sur une centaine de petites parcelles, exclusivement sur l’appellation Moulin-à-Vent, mythique dans la région du Beaujolais. C’est aussi l’un des grands organisateurs du festival Jazz in Moulin-à-Vent qui a lieu chaque année pour faire connaître les grands vins de Moulin-à-Vent autour d’accords jazz-vins.

En prime, une belle leçon sur les terroirs, un moment fort appréciable pour enrichir mes connaissances.

La visite se termine par la découverte des caves voûtées du XVIIème siècle qui renferment les fûts du dernier millésime alignés à la perfection. Édouard nous propose alors de goûter sur fût quelques cuvées pour s'imprégner de l'esprit de ses vins, en présence du chef d’exploitation du domaine, Brice Laffond.

Dégustation dans la cave voûtée du Château

Dégustation sur fût des dernières cuvées

Après ce beau moment d’échange, le travail de sélection des deux vignerons démarre, c'est la première fois que j'assiste à cela. Le silence s'installe et les deux vignerons, ainsi que le chef d’exploitation, commencent la dégustation à l'aveugle. Chacun sent, goûte, rédige ses notes sur chaque échantillon présélectionné par Édouard. On pourrait croire qu'on assiste à un ballet de danse classique tant les gestes sont maîtrisés et réguliers.

Armand, Édouard et Brice parviennent à la fin de leur dégustation et échangent leurs impressions. L’objectif commun est clair, réaliser une cuvée Connivence qui permette de faire découvrir le gamay sous une autre forme, de rassembler l'expression de chaque terroir dans une même bouteille.

La dégustation à l'aveugle commence

Certains échantillons retiennent une attention particulière commune, difficile de les départager. Il est alors temps de tester l'assemblage avec l'échantillon qu’Armand avait présélectionné pour son domaine.

L'accord est simple : 50% de gamay du Château du Moulin-à-Vent, et 50% de gamay du domaine Armand Heitz.

L’assemblage avec certains échantillons laissent plus de place au fruit, tandis que d’autres offrent plus de structure, plus de finesse. Voilà qu’on me demande mon impression sur deux tests, je ne m’y attendais pas. Amateur mais pas fin connaisseur, les mots sont hésitants mais ma préférence se tourne tout de même vers une alliance raffinée et avec une structure élégante.

Après quelques débats et ajustements, nous y sommes, la cuvée Connivence s'exprime pleinement !

Cave du Château Moulin à Vent Beaujolais

Place au partage

La cuvée Connivence 2019 se dessine, une date de mise en bouteille est évoquée. J'ai hâte de la déguster à sa sortie.

Édouard nous propose de passer au déjeuner afin de partager un moment convivial au milieu des cuves, encore une première pour moi !

Fromages, charcuteries, terrines, un repas sans dépaysement pour le lyonnais que je suis. Avec ce repas, nous avons l'occasion de déguster le Nouveau Beaujolais d’Armand et de belles bouteilles sorties tout droit de la cave d'Edouard, simplement un régal. On goûtera entre autre un Mâcon-Solutré et un Pouilly-Fuissé du Domaine du Roc des Boutires, sans oublier les cuvées Connivence 2017, Connivence 2018, et Juliénas 2019 d’Armand Heitz.

Il est l'heure de partir, Édouard nous raccompagne et nous offre à chacun quelques bouteilles et pots de miel du domaine. De quoi finir la journée de la meilleure des manières.

Une chose est sûre, les vignerons connaissent le sens du mot partage et savent recevoir. À refaire avec grand plaisir. Pour Connivence 2020 ?

 

Théo Troncy

Photographies : @jibpeter

 

Article précédent Article suivant